Errance

Performance avec une dimension d’installation réalisé dans Bordeaux pendant 1h30.

Ce projet s’encre dans le thème de la Ligne à l’épreuve de l’espace ; la ligne, correspondant à un trait ou une courbe, est mise en relation, est éprouvée par le lieu dans lequel elle est.

En partant d’une bibliothèque, lieu de savoir et d’écriture qui recèle les trésors du passé, j’ai déroulé un fil de laine aux couleurs vives dans Bordeaux, en allant jusqu’à l’autre rive, près de Stalingrad. Durant cette performance, j’ai créé une installation avec laquelle le spectateur peut interagir. Ainsi, il peut choisir ce qu’il va en faire : l’observer, l’ignorer, marcher dessus, le suivre, le tirer…

La performance rappelle un mythe grec : celui du labyrinthe de Thésée et du fil d’Ariane. Dans le labyrinthe, le fil doit forcément s’adapter à la forme des murs, il ne peut aller tout droit ; il est éprouvé par l’espace. J’ai reproduit cela dans la réalité, dans la ville, où ici aussi le fil est contraint de s’adapter aux rues, bloqué par les murs.

En partant de la bibliothèque, je voulais que ce fil représente le fil de la connaissance, puisant son savoir dans ce lieu. Ainsi par la suite ce fil était apporté dans la rue le plus loin possible, pour répandre ce savoir. Edgar Morin disait par ailleurs : « La connaissance est une navigation dans un océan d’incertitudes à travers des archipels de certitudes ». Lors de ma performance, j’ai traversé l’incertitude par l’errance dans la ville. Je n’avais pas de chemin tracé, juste un point de départ et un point d’arrivée. En déambulant ainsi, le côté aléatoire rentre alors en jeu, ce qui laisse aussi un côté surprenant.

« A travers mes déambulations, je reste ouverte
à tout ce que la ville peut m’offrir. »

Olga Boldyreff