Voyageur

Installation vidéo réalisée le 16 janvier 2021.

Cette installation s’inscrit dans le thème de spatialiser l’image ; adapter la représentation visuelle, ici une vidéo prise depuis un tramway, à l’espace dans lequel elle est.

Dans une forêt, de nuit, un drap est installé entre les arbres sur un support dont le haut arrondi rappelle les courbes de la nature. Sur ce drap est projeté une vidéo d’un paysage urbain qui défile. Lorsque la vidéo, qui dure 15’27, commence on peut voir le soleil qui se lève petit à petit, qui arrive à son zénith. Puis la vidéo continue et on voit que le temps est couvert, puis qu’il pleut et enfin le soir tombe jusqu’à ce qu’il fasse nuit, avant de recommencer. Elle montre donc également, en plus d’un voyage, les journées qui se succèdent, le temps qui passe à l’infini.

Le spectateur, immobile, voit une fenêtre sur un autre monde, urbain, alors qu’il est dans un espace naturel. A la fin de la vidéo, avant qu’elle ne revienne au début, il voit un bois la nuit, comme l’espace dans lequel il est. Donc tout au long de la vidéo il y a un contraste entre espace urbain et naturel, sauf à la fin où c’est comme si le spectateur revenait dans son monde, après un voyage dans cet autre univers.

L’objectif de cette installation est de déstabiliser le spectateur, qui devient alors un voyageur immobile, d’où le nom. On voit alors un autre contraste entre mobile et immobile. Le nom Voyageur exprime l’état dans lequel est le spectateur, il voyage mais sans jamais arriver à destination. De plus, une immersion dans la forêt la nuit n’est ce pas déjà un voyage en soi ?